Crise 2009

Anticiper, Prévoir, Agir

Mise en ligne le : 11/03/09  

 2008 a été l'année de la crise financière : crise des subprime aux Etats-Unis, nombreux scandales financiers, recapitalisation de banques en détresse, chute des marchés boursiers...etc

 
2009, est l’année de la crise économique mais que pouvons-nous vraiment en attendre ?
Nous laisserons aux économistes le soin de nous prédire l’avenir puis nous expliquer demain pourquoi les événements ne se seront pas déroulés comme prévu…
 
La vraie difficulté dans la gestion de nos entreprises est de voir clair maintenant et ceci dans un environnement particulièrement perturbé. Il est indispensable, encore plus en période difficile, de se concentrer sur quelques fondamentaux dans la gestion de nos entreprises :
 
 
 
1 – Se concentrer sur la trésorerie
 
Vous devez prévoir l’évolution de votre trésorerie en mettant en place des simulations simples en fonction de votre niveau d’activité. Egalement, un calcul précis de vos charges fixes et de vos charges variables vous permettra de connaître votre point mort et de le suivre et de réagir en cas de différences entre vos prévisions et vos réalisations.
 
Des actions ciblées sur les points suivants ont un impact essentiel sur votre trésorerie :
 
a/ Comptes clients : les délais de règlement de vos clients doivent particulièrement être suivis. Calculer l’évolution du délai moyen du crédit-client et de le comparer au ratio habituel de l’entreprise ou du secteur est un bon moyen de se situer et d’isoler les comptes où il est urgent d’intervenir.
 
La vitesse d’encaissement est également étroitement liée à la qualité de votre facturation et à la satisfaction de vos clients. Ainsi, vous devez facturer rapidement toutes vos ventes ou vos prestations et soigner particulièrement la relation client.
 
b/ Comptes fournisseurs : Optimiser au mieux de vos intérêts les conditions de règlements tout en veillant à ne pas interrompre les livraisons et/ou les prestations de services. D’une manière plus générale, vos achats doivent être réalisés au plus juste pour éviter tout stockage ou dépassement de budget.
 
c/ Stocks : Réduire les stocks à leur niveau le plus juste. Pour cela, il convient d’isoler les références à rotation faible et les diminuer. Les commandes doivent être réalisées au regard d’un prévisionnel de vente réaliste.
 
Souvenez-vous : La trésorerie est à l'entreprise ce que le sang est à l'organisme : toute hémorragie externe non contrôlée est fatale.
 
 
 
2 – Il n’y a qu’un seul patron : LE CLIENT
 
En effet, le client peut licencier tout le personnel, depuis le directeur jusqu'à l'employé, tout simplement en allant dépenser son argent ailleurs….
 
La mesure de la satisfaction des clients et leur fidélisation sont deux enjeux essentiels pour toute entreprise. En effet, le coût d’acquisition d’un nouveau client revient 5 fois plus cher que l’entretien et le développement de relations déjà existantes.
 
Pour espérer fidéliser votre client, il est nécessaire de lui donner toutes les chances d’être entendu, mais aussi de répondre à ses sollicitations et l’informer des actions mises en œuvre pour contribuer à améliorer sa satisfaction. Cet objectif demande que le processus de gestion des réclamations soit transparent et que toutes les demandes d’amélioration parviennent à la direction.
 
Par craintes ou incompréhensions des collaborateurs, bon nombre de barrières existent aujourd’hui pour empêcher la remontée des informations gênantes ! Mais le risque d’évasion du client est bien réel quand on ajoute à cela le fait que tous les clients ne communiquent pas forcément leur insatisfaction.
 
Souvenez-vous : un client satisfait en parle à 3 et un client non satisfait en parle à 11 !"
 
 
 
3 – Entretenir la confiance de vos partenaires financiers
 
Vos banques sont des partenaires indispensables, mais avec lesquels il n'est pas toujours facile de négocier dès lors que la confiance disparaît. Ainsi entretenir de bonnes relations avec ses banques est le meilleur moyen de pouvoir compter sur elles en cas de problème, et surtout permettre de négocier les conditions bancaires.
 
a/ Prévoir dès maintenant un rendez-vous avec vos banques en préparant au mieux vos entretiens
 
b/ Exposer clairement votre situation en présentant vos résultats actuels mais également vos prévisionnels Montrez que vous savez bien planifier et que vous gérez correctement votre trésorerie et tenez votre banquier au courant de tout changement, de préférence avant qu’il ne se produise.
 
Si vous prévoyez des problèmes de remboursement, prenez à nouveau rendez-vous avec votre banquier et proposez-lui une solution.
 
c/ Présenter votre stratégie pour sortir de la crise et les financements dont vous avez besoin pour y parvenir. Un programme d’aide au financement de 22 milliards d’euros a été mise en place pour permettre aux banques de prêter de l’argent aux entreprises et un médiateur du crédit a été nommé pour s’assurer que les banques joueront le jeu du soutien aux entreprises.
 
Souvenez-vous : Ne pas nier la crise au risque de se retrouver seul face à ses difficultés.
 
 
 
 
Le mot « crise » en chinois est composé de deux caractères : « danger » et « opportunité ». Le fait d’être en période de crise ou en période d’opportunité dépend de l’interprétation que l’on fait des événements.
 
Bien sûr, les événements des derniers mois ainsi que les nouvelles qui les ont accompagnés et qui continuent de nous envahir à chaque jour peuvent nous donner à penser que l’avenir ne s’annonce pas rose mais…
 
 
Et si 2009 était l’année des opportunités ?
 
 
1/ Entreprises à vendre : De nombreux chefs d’entreprises s’interrogent ou vont s’interroger sur leur volonté ou non de se battre pour leur entreprise contre la crise. Ce phénomène sera accentué dans les secteurs connaissant des difficultés et pour les entreprises dont la situation financière est précaire.
Des entreprises vont donc inévitablement se retrouver sur le marché de la transmission. De belles occasions seront à saisir….
 
2/ Après la crise, la reprise. Les entreprises qui tirent parti de la conjoncture pour renforcer un modèle économique solide pourront non seulement survivre à la crise, mais aussi en sortir plus fortes. Elles seront idéalement positionnées pour profiter des nouvelles opportunités de croissance lors du redémarrage de l’économie.
 
 
A nous de jouer.